SANTE

Voici comment bien se réveiller selon la science

Publié le 19 Juillet 2018
469 vues

Si des chercheurs scientifiques se sont interrogés sur l’effet pervers du snooze, aucune réelle étude à date n’est écrite sur le sujet. Ils restent cependant unanimement convaincus que ce n’est pas forcément une bonne idée de repousser de quelques minutes sa sortie du lit.

Si des chercheurs scientifiques se sont interrogés sur l’effet pervers du snooze, aucune réelle étude à date n’est écrite sur le sujet. Ils restent cependant unanimement convaincus que ce n’est pas forcément une bonne idée de repousser de quelques minutes sa sortie du lit.
En effet, ce bonus de sommeil ne reposerait pas davantage le corps. Pire, il rendrait plus difficile le réveil. Mais ce n’est pas tout. L’argument le plus insidieux du snooze serait de prolonger l’état de somnolence sans profiter des bienfaits d’un sommeil réparateur.
Une vidéo populaire « you snooze, you loose » sur  Asapscience montre que le cycle de sommeil est découpé en plusieurs phases, plus ou moins profondes. Et qu’un réveil, en phase de sommeil profond, le rendrait plus difficile. Se rendormir pour quelques minutes, grâce au bouton "snooze", relancerait le cycle de sommeil et augmenterait la fatigue.
Des propos que confirme la psychologue Maria Konnikova dans le New Yorker : «  le début du cycle du sommeil  est le pire moment pour se réveiller ».
L'idéal serait ainsi évidemment de se réveiller au moment de la fin du cycle. Selon le professeur de psychologie et économistecomportementaliste Dan Ariely, répéter le bouton snooze serait même une mauvaise habitude voire perturbante pour le cerveau qui ne reconnaîtrait plus l’alarme du réveil comme l’heure de se lever du lit mais qui interpreterait la sonnerie comme un extra de sommeil.
Mais ces 10 minutes de rab sont-elles vraiment si néfastes pour la santé ?
Selon certains, pas vraiment, si le snooze est correctement utilisé, sans abus. Comme David Dinges, chef de la Division sommeil et chronobiologie au Department de psychiatrie à l’école de médecine de l’Université, qui explique dans  The Wall Street Journal qu’ "un extra de 10 minutes peut aider à se réveiller en douceur ». Il complète cependant ses propos, en expliquant l’efficacité du snooze, si on s’en sert pour se réveiller en douceur, c’est à dire sans se rendormir, comme une sorte d’assurance de bien se lever.
En conclusion, repousser l’heure de son réveil ne comporte aucun bienfait à court-terme, malgré l’illusion de se sentir moins fatigué. Un sommeil sera forcément perturbé par de fréquentes interruptions sonores.
Le mieux serait donc de bannir ce mauvais réflexe et de programmer son réveil à l’heure où on doit vraiment se réveiller, et quitter son lit dès que l’alarme retentit. A bon entendeur.


Publicité


Dernières minutes
Etudiants et personnel médical défilent contre Bouteflika à Alger (AFP)
Christchurch : six corps de victimes rendus aux familles (police)
Nouvelle-Zélande: le tireur des mosquées doit subir la loi dans "toute sa rigueur" (Ardern)
Le groupe Etat islamique crie vengeance contre les Kurdes de Syrie
Pays-Bas: l'auteur présumé de la fusillade d'Utrecht arrêté (police)
"Gilets jaunes": Griveaux prône le dialogue mais maintient le cap
Municipales 2018: Reprise du scrutin dans les localités de Bassam, Bingerville, Rubino et Booko (Cour suprême)
La star du Football brésilien Ronaldinho est arrivée à Abidjan
La CAF retire l`organisation de la CAN 2019 au Cameroun. (Officiel)
Le RHDP récuse les accusations du PDCI-RDA quant aux supposées fraudes durant les élections locales (Adjoumani Kobénan)
Côte d’Ivoire: pluie d’hommages après la mort d’Aboudramane Sangaré
Côte d’Ivoire : le personnel de santé invité à sursoir à sa grève annoncée
Dans le Missouri, le combat d'une sénatrice démocrate face aux sirènes trumpistes
Publicité
D'autres articles

Tous droits réservés www.rue80.com