POLITIQUE

Le pro-Soro auditionné par la police pointe “une forme de Gestapo” en Côte d’Ivoire

17 Avril 2019 - Autres Source
438 vues

Après avoir décrit hier les faits qu’on me reproche et qui ont motivé ma convocation à la préfecture d’Abidjan, je me permettrai aujourd’hui de faire une analyse de cette audition que j’ai subie et qui a duré 6h.

Le premier constat que j’ai fais ,c’est que les policiers qui ont fait et suivi mon audition étaient eux même gênés face à la légèreté des questions qu’on me posait.

Je reconnais que face à certaines questions qu’on m’a posées, je ne me suis pas empêché d’éclater de rire tellement elles étaient ridicules.

Comme par exemple la question sur les rapports dit difficiles entre Mesmin Komoe et la Ministre Kandia.En quoi est-ce que cela a-t-il un rapport avec les charges qu’on veut mettre sur mon dos?Ce que je retiens de toute cette audition, c’est qu’on veut m’intimider.

A LIRE AUSSI: 

Côte d’Ivoire : «Bédié et Ouattara sont condamnés… », confie un cadre du RDR

On veut m’amener à me taire à la fois sur les réseaux sociaux et dans mon propre salon. On veut m’amener à me méfier de mon entourage, donc de fermer ma gueule. 

On veut me faire peur.

Ainsi,ne pourrai je pas convaincre mon entourage et mes proches de ce que la nouvelle alternative pour la Cote d’Ivoire, c’est Guillaume Soro. On veut m’amener à avoir peur de parler, de m’exprimer et de partager mon opinion. Ce que je peux dire,si c’est ce qu’ils veulent, c’est qu’ils ont tapé poto.Pour parler comme les ivoiriens.

A LIRE AUSSI: 

Dano Djédjé : « la plateforme de Bédié n’est pas à l’ordre du jour »

Lundi ,avant de venir à mon audition, je m’étais préparé psychologiquement et matériellement à aller en prison pour des accusations qu’on mettrait sur mon dos par ces temps où aller en prison, quand on est Soroiste, est dorénavant un fait banal puisqu’il est récurent.

Ce n’est donc pas la prison qui va m’effrayer.

Les accusations qu’on m’a porté n’avaient aucun fondement sérieux sinon que la rumeur,les “on dit”,les ragots d’un prétendu entourage. Une police qui convoque un citoyen honnête pour l’entendre sur la base de rumeurs est une police à plaindre.

On m’a accusé de troubles à l’ordre public. En quoi est ce que les questions qu’on m’a posées ont un lien avec ces faits?

On m’a accusé d’offense au Chef de l’État. 
Parmi les questions qu’on m’a posées, je n’ai vu nulle part une allusion à une offense au Chef de l’État. On m’a accusé d’atteinte à la sûreté de l’État. Peut-on attenter à la sûreté de l’État à travers une opinion qu’on aurait emise en privé ?

On m’a accusé d’incitation à la violence. Quels sont ces propos que j’aurais avancés et qui inciteraient à la violence ? On m’a accusé de divulgation de secret professionnel. 
Dans mon audition, je n’ai vu nulle part un secret professionnel que j’aurais divulgué. Bref, le dossier pour lequel on m’a convoqué est vide.

La conclusion qu’il faut tirer de cette audition, c’est que dorénavant, les ivoiriens doivent savoir que même leurs conversations privées dans leurs salons ,leurs opinions privées sur la vie de la nation, leurs jugements privées sur les dirigeants du pays pourraient être utilisés contre eux.

Une forme de Gestapo des tropiques est -elle en train de s’installer en Côte d’Ivoire ?
J’en ai malheureusement le sentiment.


Publicité


Dernières minutes
Après son retrait du RHDP, le PDCI est devenu très attractif affirme le Secrétaire exécutif Maurice Guikahué, au “Fauteuil blanc“ du Nouveau Réveil
C’est à Charles Diby de dire s’il est PDCI ou pas. Allez donc lui poser la question (M. Guikahué)
Aujourd’hui, je suis allé saluer Gbagbo et je suis heureux de m’être réconcilié avec lui ( M. Guikahué)
Etudiants et personnel médical défilent contre Bouteflika à Alger (AFP)
Christchurch : six corps de victimes rendus aux familles (police)
Nouvelle-Zélande: le tireur des mosquées doit subir la loi dans "toute sa rigueur" (Ardern)
Le groupe Etat islamique crie vengeance contre les Kurdes de Syrie
Pays-Bas: l'auteur présumé de la fusillade d'Utrecht arrêté (police)
"Gilets jaunes": Griveaux prône le dialogue mais maintient le cap
Municipales 2018: Reprise du scrutin dans les localités de Bassam, Bingerville, Rubino et Booko (Cour suprême)
Publicité
D'autres articles

Tous droits réservés www.rue80.com