INTERNATIONAL

Mission des chefs d’Etat de la Cedeao en Guinée : Retour sur les mauvais souvenirs de Ouattara à Conakry

Publié le 22 Septembre 2021
203 vues

En Guinée vendredi pour discuter avec la junte militaire qui a renversé Alpha condé le 5 septembre dernier, le séjour de la délégation de la Cedeao

En Guinée vendredi pour discuter avec la junte militaire qui a renversé Alpha condé le 5 septembre dernier, le séjour de la délégation de la Cedeao n’a pas été une promenade de santé. Entre le nouvel homme fort de la Guinée qui ne veut pas accéder à la requête de laisser sortir l’ancien président du pays et les populations qui ont pris la délégation à partie, le déplacement à Conakry restera certainement dans le fichier des mauvais souvenirs d’Alassane Ouattara et les membres de la délégation ouest-africaine.

Conformément à la décision du sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao), Nana Akufo Addo, président du Ghana et président en exercice de la conférence des chefs d’Etat de l’organisation sous-régionale, Alassane Ouattara, président de la Côte d’Ivoire et Shirley Ayorkor Botchway, ministre ghanéenne des Affaires étrangères se sont rendus en Guinée, vendredi dernier, en vue de trouver un dénouement à la situation politique dans ce pays.

Si après discussion avec le colonel Doumbouya et l’ancien président guinéen, Alpha Condé, Alassane Ouattara a affirmé que la délégation est satisfaite des échanges avec les différentes parties, il n’en demeure pas moins que le voyage au pays de Sékou Touré n’a pas été une balade de plaisir pour les émissaires de l’organisation sous-régionale.

En effet, à leur passage dans les artères de la capitale guinéenne, le président ivoirien et les membres de la délégation ont eu droit à des hués de populations sorties nombreuses leur signifier leur indignation. « Cedeao dehors, Ouattara dehors », pouvait-on les entendre s’exprimer.

Plusieurs raisons expliquent ce désaveu pour la Cedeao et sa délégation. Par son incapacité à éviter les crises politiques dans les Etats avec les modifications fantaisistes des Constitutions à l’approche des élections, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest s’est éloignée des peuples de l’Afrique de l’Ouest pour devenir un instrument qui n’intervient que pour aider les chefs d’Etat en difficulté.

Les Guinéens, comme bon nombre de peuples de la sous-région, blâment l’organisation pour sa passivité au moment où Alpha Condé engageait la Guinée sur le chantier du troisième mandat qui a abouti à une violente crise, faisant de nombreux morts et de biens détruits.

C’est le prix de ce regard impuissant et complice que la délégation a payé avec les hués et conspuassions reçues ce vendredi. Quant à Alassane Ouattara, les Guinéens accepteraient tout le monde comme médiateur sauf lui. A travers Alassane Ouattara, ils voient le reflet d’Alpha Condé.

Tout comme son désormais ex-homologue guinéen, le chef de l’exécutif ivoirien avait engagé son pays sur la violence voie du troisième mandat en 2020, contre la contestation des Ivoiriens. Pour s’assurer leur troisième mandat, les deux hommes avaient opposé une répression sanglante aux populations qui ont entrepris de manifester contre leur projet de s’éterniser au pouvoir.

En outre, Alassane Ouattara est vu en Guinée comme l’ami et le conseillé économique de celui qui a martyrisé le peuple. C’est pour toutes ces raisons que le président ivoirien est devenu persona non grata en terre guinéenne.

Outre les manifestations d’humeur des populations, le voyage des émissaires de la Cedeao n’a pas été fructueux. Arrivée à 11 heures à Conakry, la délégation s’est entretenue avec le chef de la junte, Mamadi Doumbouya, à l’aéroport avant d’embarquer pour des discussions certainement plus poussées à huis clos dans un hôtel de la capitale guinéenne.

Au terme de ces discussions, ils se sont dirigés vers le palais des nations ou ils ont pu échanger avec Alpha Condé. Les émissaires de la Cedeao qui avaient dans leurs valises la demande de libération et du rapatriement du président déchu a vu le président du Comité national de rassemblement et de développement (Cnrd) opposer une fin de non-recevoir à ce souhait.

D’ailleurs, dans un communiqué lu sur la télévision nationale guinéenne, le lieutenant-colonel Aminata Diallo, porte-parole de la junte, a déclaré que « contrairement à des prétendues rumeurs qui font état de négociations entre le Cnrd et la Cedeao relative à une éventuelle sortie du territoire de l’ancien président de la République, le Cnrd et son président, le colonel Mamadi Doumbouya tiennent à rassurer l’opinion nationale et internationale que l’ancien président de la République, professeur Alpha Condé, est et demeurera en Guinée ».

Poursuivant, le porte-parole du nouveau pouvoir en Guinée a envoyé un message à l’endroit de la Cedeao qui menace le pays de sanctions. « Nous ne cèderons à aucune pression », a-t-elle précisé.

Par ailleurs, le Cndr a signifié que c’est au peuple de la Guinée qu’il revient de décider de la durée de la transition, et non pas la Cedeao. Concernant la menace d’interdiction de voyage et du gel des avoirs des nouveaux hommes forts de Conakry, la junte a rappelé que ses membres sont des soldats et qu’à ce titre leur place est en Guinée et qu’ils n’ont pas besoin de voyager.

En outre, ils disent ne pas craindre la décision de geler leur compte car ceux-ci sont logés en Guinée. C’est donc un Mamadi Doumbouya inflexible qui a fait face à Alassane Ouattara et ses pairs. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le périple guinéen du Président ivoirien et son homologue ghanéen a été sanctionné par une humiliation et un échec. La Cedeao, faut-il le rappeler, avait essuyé un échec du même genre au Mali après l’éviction du pouvoir d’Ibrahim Boubacar Kéita par l’armée.


Générations Nouvelles  


Publicité


Dernières minutes
Roger Banchi se réjouit de la candidature de Bédié et nargue Ouattara
Roger Banchi se réjouit de la candidature de Bédié et nargue Ouattara
Football, mercato: L’ivoirien Hassane Kamara va signer à Nice
COVID-19/ côte d'ivoire : Enfin, une bonne nouvelle
Plusieurs chefs du commando de l'attaque de Kafolo interpellés
Convention du PDCI : Billon brise le rêve des anti-Bédié
Des barons du RHDP regrettent que Ouattara ait ‘’perdu la bénédiction de Bédié’’, selon un pro-Soro
Après son retrait du RHDP, le PDCI est devenu très attractif affirme le Secrétaire exécutif Maurice Guikahué, au “Fauteuil blanc“ du Nouveau Réveil
C’est à Charles Diby de dire s’il est PDCI ou pas. Allez donc lui poser la question (M. Guikahué)
Aujourd’hui, je suis allé saluer Gbagbo et je suis heureux de m’être réconcilié avec lui ( M. Guikahué)
Etudiants et personnel médical défilent contre Bouteflika à Alger (AFP)
Christchurch : six corps de victimes rendus aux familles (police)
Nouvelle-Zélande: le tireur des mosquées doit subir la loi dans "toute sa rigueur" (Ardern)
Publicité
D'autres articles

Tous droits réservés www.rue80.com